Politique Eco et Business › Institutions

Le trésor public perd 300 millions USD par an dans l’exploitation du cobalt

Des billets de dollars américains (photo archives).

L’information a été dévoilée lundi 20 novembre par le sénateur Flore Musendu, dans sa question orale avec débat adressé au ministre des Mines, Martin Kabwelulu.

Plus de trois cents millions de dollars américains échappent chaque année au trésor public dans le seul secteur d’exploitation du cobalt dans le Grand Katanga, a dénoncé lundi 20 novembre le sénateur Flore Musendu, dans sa question orale avec débat adressé au ministre des Mines, Martin Kabwelulu.

L’auteur de la question orale a expliqué que des entreprises minières fabriquent des briques à base du cobalt et les exportent frauduleusement en déclarant que ce sont des matériaux de construction.

Dans sa réponse, le ministre Kabwelulu affirme n’avoir pas été au courant des faits rapportés et promet de prendre des mesures appropriées.

Dans ses éléments de réponse, le ministre a assuré que ses services sont bel et bien déployés et contrôlent l’exploitation minière de l’extraction jusqu’à l’exportation.

Martin Kabwelulu promet de diligenter un audit pour mettre fin aux allégations d’exportation frauduleuse du cobalt.


«Une société minière qui exporte en désignant comme nature des marchandises exportées matériaux de construction, et que ces matériaux passent sans que les services ne les arrêtent ! Et ben, 15 jours d’ailleurs c’est beaucoup. Cette semaine ici, nous allons prendre des mesure là-dessus, ça  je vous le promets», garantit le ministre.

Des garanties qui ne convainquent pas le sénateur Flore Musendu. Il invite le ministre Martin Kabwelulu à mettre fin à cette fraude pour que les 300 millions de dollars détournés chaque année soient désormais déversés au trésor public.

«Les réponses du ministre ont rencontré mes attentes, comme je dis. Je savais qu’il viendrait me dire qu’il n’était au courant de rien. A tort ou à raison, ce n’est pas mon problème. Au moins maintenant, il est au courant. Mon objectif est que cela soit corrigé et que l’Etat entre dans ses droits et que ma population touche sa part», affirme le sénateur.

Flore Musendu menace donc de transformer sa question orale avec débat en interpellation si le ministre de mine ne prenait pas des mesures dans les 15 jours.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut