Politique › Justice

Mort des enquêteurs de l’ONU en RDC: très peu de coopération, selon la Suède

Les experts de l'ONU Zaida Catalan (photo de 2009) et Michael Sharp ont été assassinés dans le Kasaï, en mars 2017. © BERTIL ERICSON, TIMO MUELLER / TT News Agency / AFP

La nouvelle a été rendue publique par le biais d’un communiqué du parquet suédois hier, mercredi.

La justice suédoise dénonce l’absence de coopération de la RDC dans l’enquête sur l’assassinat de sa ressortissante Zaida Catalan et de l’Américain Michael Sharp, experts de l’ONU. Le parquet suédois dit avoir demandé la coopération de la RDC dès le 27 avril dernier. Mais Kinshasa n’aurait transmis aucune information. Plus inquiétant encore pour le parquet suédois, l’enquête congolaise et même le procès en cours à Kananga ne sont pas conformes aux standards légaux minimum. Rien dans ce qui transparaît de l’enquête ne permet même aujourd’hui, selon ce communiqué, d’exclure que des personnalités proches du régime soient impliquées dans cet assassinat.

Une déclaration qui inquiète la soeur de Zaida Catalan, Elisabeth Morseby. « Nous sommes très tristes et troublés après ce communiqué qui dénonce l’absence de coopération entre les deux systèmes judiciaires, mais nous sommes aussi inquiets de voir que la justice suédoise ne peut exclure une participation de l’Etat congolais dans ces meurtres. Cela nous trouble énormément, cela demanderait une véritable enquête. Et nous préférerions à ce stade que ce soit une enquête indépendante. »


La famille de Zaida Catalan dit laisser une chance aux experts onusiens qui viennent d’être nommés par le secrétaire général Antonio Guterres de prouver qu’une coopération fructueuse avec la justice congolaise est possible. Mais que dans le cas contraire, ils auraient l’honnêteté de l’admettre et plaideront eux aussi pour une enquête indépendante.

La ressortissante suédoise Zaida Catalan et l’Américain Michael Sharp, experts de l’ONU, ont été tués le 12 mars dernier au Kasaï Central. Les autorités congolaises avaient toujours affirmé qu’elles étaient prêtes à assister les Etats-Unis et la Suède dans leur enquête. Mais selon le communiqué du parquet suédois rendu public hier, cela serait très loin d’être le cas. Une absence de coopération qui empêcherait même ce dernier d’envisager un quelconque déplacement en RDC.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut