Société › Faits divers

Kananga: un policier tué par des bandits armés

Une maison cambriolée par des bandits armés le 28 septembre dans la nuit à Kananga.

Un policier a été tué et un chef d’avenue blessé par balle la nuit dernière par des bandits au quartier Tshinsambi à Kananga. Ces bandits ont cambriolé une maison, dépouillant la propriétaire.

La propriétaire de la maison cambriolée, une commerçante qui vend des épices, raconte que c’est vers une heure du matin que des personnes ont commencé à frapper lourdement à sa porte, l’intimant l’ordre d’ouvrir. Face à son refus, les assaillants ont cassé la porte et se sont introduits dans la maison située au quartier Tshinsambi.

«J’ai pris mon téléphone pour tenter d’écrire un message pour alerter la police. Ils m’ont dit comme tu tardes, on va entrer. Ils ont cassé la porte et se sont introduits. Ils m’ont pris à la gorge et m’ont dit si tu tentes d’alerter les voisins, on va te tuer. Ils étaient munis d’armes à feu et de couteaux et étaient habillés de culottes. Je me suis mise à genou», relate-t-elle.

Sans donner leur nombre, le chef adjoint du quartier, Dit Pierre Ilunga, explique que les assaillants qui ont cambriolé la maison étaient nombreux et portaient des armes à feu. Ils auraient également tenté de s’introduire dans d’autres maisons, sans succès.


Des policiers, alertés par des habitants du quartier, s’y sont rendus. Accompagnés du chef de l’avenue Katembwe où la maison a été cambriolée, ils ont tenté de retrouver les assaillants.

Selon le porte-parole du secteur opérationnel de l’armée au Kasaï, lieutenant Mwalushayi, les bandits ont alors tendu une embuscade aux policiers. «Nos trois policiers qui sont venus intervenir sont tombés dans l’embuscade de ces assaillants. Ils ont réussi à neutraliser un policier. Le chef de l’avenue a reçu une balle à la jambe», explique-t-il.

Le chef d’avenue serait hors de danger. Il est actuellement soigné à l’hôpital MSF de Kananga. Le corps du policier tué a été retrouvé ce matin au pied d’un palmier sur l’avenue Katembwe. L’armée annonce une enquête pour faire la lumière sur ce qui s’est passé et retrouver les assaillants.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut