Politique › Actualité

Corneille Nangaa : « Si les conditions ne sont toujours pas réunies, même les 504 jours ne vont pas suffire »

C’est une remarque faite par le président de la commission électorale nationale indépendante, au cours des travaux de la tripartite.

La tripartite CNSA-CNI-gouvernement a clôturé ses travaux mercredi 18 octobre, sur l’évaluation du processus électoral. Au cours de ces assises, Corneille Nangaa, président de la CENI, s’est plaint des conditions dans lesquelles les élections se préparent.

«Il y a une année, j’ai évoqué les 504 jours. Cela ne date pas d’aujourd’hui. Je reste cohérent ! Et si les conditions ne sont toujours pas réunies, même les 504 jours ne vont pas suffire », a-t-il dit.

Nangaa se réfère également sur l’implication matérielle et financière de la communauté internationale pour les élections précédentes.

« En 2006, il y a eu 500 millions de dollars donnés par la communauté internationale. Il y avait aussi 450 experts internationaux, 108 avions mis à la disposition par la MONUSCO et par les pays voisins pour déployer le matériel électoral pour 25 millions d’électeurs. Aujourd’hui, nous sommes à 45 millions d’électeurs, 2 avions, et nous n’avons pas assez d’argent! Donnez plus d’avions, plus de moyens, et nous pourrons aller à moins de 504 jours », a-t-il ajouté devant les délégués à la tripartite.


Par ailleurs, la communauté internationale a toujours exigé un calendrier électoral clair et budgétisé avant de participer davantage au financement de l’actuel processus électoral.

Joseph Kabila et le gouvernement congolais ont toujours clamé leur volonté de financer les élections pour préserver « l’indépendance et la souveraineté ». De son côté, Corneille Nangaa estime que le budget des élections, estimé à 1 332 621 679, 51 USD, est très élevé.

« Le budget des élections est prohibitif. Pour un pays comme le nôtre, c’est aberrant. Avec la situation économique actuelle, c’est compliqué. Il faut réfléchir à la réduction du coût des opérations», avait dit le président de la CENI, au cours d’un échange avec la presse début septembre.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut